Moyens de subsistance des populations autochtones

Aperçu

Notre programme de subsistance des populations autochtones dans la Vallée du Río Ene, en Amazonie centrale péruvienne, aide les familles Asháninka à générer des revenus durables en cultivant le cacao par des méthodes respectueuses de l’environnement.

Kemito_Ene_cocoa_14_.

Contexte

La RFUK travaille auprès des Asháninka de la Vallée du Río Ene, en Amazonie centrale péruvienne, depuis les années 1990. Nous les avons tout d’abord aidés à obtenir des titres de propriété et à protéger leurs terres ancestrales, avant de soutenir leurs efforts pour définir, en pratique, ce que les termes Kametsa Asaike (« la bonne vie ») signifient pour eux. Après des consultations de grande envergure, les Asháninka ont établi un programme qui oriente toujours leurs actions collectives et qui constitue la base de notre travail avec eux. L'une de leurs principales priorités consiste à mettre en œuvre des activités de subsistance compatibles avec leur culture et la nécessité de protéger la forêt pour les générations futures.

La production de cacao a fourni aux familles Asháninka de telles possibilités. En 2010, elles ont fondé une coopérative indigène, Kemito Ene, qui a modifié leurs méthodes de production. Cette coopérative compte aujourd'hui des centaines de membres et vend son cacao sur les marchés internationaux sous des labels biologiques et du commerce équitable. D’une initiative modeste, Kemito Ene s’est transformée en une association de producteurs reconnue, lauréate du Prix Équateur des Nations unies pour son « effort communautaire exceptionnel pour réduire la pauvreté par la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité ».

 

Nos ACTIVITÉS

  • Nous soutenons les Asháninka dans l’amélioration de la qualité et de la productivité de leur cacao et aidons Kemito Ene à se renforcer en tant que coopérative indigène, en redéfinissant son plan d'activités et sa proposition de valeur et en diversifiant ses partenariats commerciaux.
  • Aux côtés de l'organisation représentative des populations autochtones CARE, nous aidons les Asháninka à intégrer leur production dans les programmes plus larges qu’ils ont définis pour leurs forêts, ainsi qu'à protéger leurs terres contre les empiètements et les activités illégales, à l'aide de notre système de surveillance des forêts ForestLink.
  • Désormais, notre objectif est de continuer à améliorer la qualité du cacao en suivant une approche agroforestière qui permettra de protéger et d'étendre la couverture forestière, de diversifier les sources de revenus et de nourriture, et d'accroître les stocks de carbone.
IMG_9924

Nos impacts

icône d'engagement

UN SOUTIEN APPORTÉ À PLUS DE 200 FAMILLES

4 000 personnes bénéficient d'un meilleur accès au marché et d'un apprentissage auprès de leurs pairs.

icône de la production de cacao

UNE AUGMENTATION DE LA PRODUCTION DE CACAO DE 8 000 %

Croissance de la production de cacao de 1,4 tonnes en 2009 à plus de 120 tonnes en 2021, et amélioration de la qualité du produit.

icône de mappage

300 000 HECTARES DE FORÊT PROTÉGÉS

Élaboration de deux plans d’utilisation des terres couvrant 40 000 hectares et amélioration de la gestion forestière sur une superficie de près de 300 000 hectares.

Nous essayons d’améliorer la productivité de nos parcelles de cacao et de cultiver du cacao et du café en harmonie avec la forêt... Je suis fier parce que je peux soutenir le bien-être des membres de Kemito Ene, de leurs familles et des communautés Asháninka.

Claudio Vasquez, Président de la coopérative Kemito Ene

La RFUK est un allié stratégique pour Kemito Ene. Elle a soutenu la production de cacao et de café biologique par les agriculteurs Asháninka et elle a promu la conception et la planification de la stratégie d'accès au marché international du cacao Asháninka, ce qui dépassait les attentes des cultivateurs Asháninkas il y a quelques années.

Pedro Antezana, Directeur de la coopérative Kemito Ene

Nous, cultivateurs, aimons Kemito Ene parce qu'il achète du cacao et paye plus que les intermédiaires locaux. Notre organisation indigène locale m'a appris à contrôler les maladies des plantes. J'ai quatre enfants. Trois sont maintenant à l'école grâce aux revenus de notre cacao. (Photo: la famille de Salomon)

Salomon Perez, cultivateur de cacao, Pamakiari

Publications en vedette

vignette de _media_de061c17-a238-431b-bce8-01725104454c

Peru: RFUK’s Programme in the Andean Amazon