Le financement direct des peuples indigènes peut protéger les forêts tropicales et le climat dans le monde

25 janvier 2024

par Joe Eisen, Suzanne Pelletier, Tørris Jæger.

La semaine dernière, des dirigeants autochtones du monde entier rejoint Le Forum économique mondial de Davos, en Suisse, a réuni des chefs d'entreprise et des hommes politiques à l'occasion de sa réunion annuelle de 2024. Alors qu'une grande partie des discussions sur le changement climatique et la perte de la nature à Davos s'est concentrée sur le rôle des systèmes de compensation volontaire du carbone et de la biodiversité, qui n'ont pas fait leurs preuves et sont controversés, il est de plus en plus évident que ce sont les peuples autochtones qui détiennent la clé.

Les peuples autochtones sont en première ligne de la crise climatique, et ce sont leurs voix et leurs solutions qui doivent être défendues et soutenues. Ces communautés, souvent négligées dans le discours général sur la conservation, ont fait leurs preuves en matière de solutions évolutives et communautaires pour la protection des forêts tropicales. La science est claire : les forêts gérées par les autochtones séquestrent plus de carbone et sont mieux protégées que celles qui ne le sont pas. Pourtant, la communauté internationale omet systématiquement d'inclure les peuples autochtones dans les discussions sur le financement et les politiques qui ont un impact significatif sur eux.

L'élite mondiale réunie à Davos doit aller au-delà de la simple reconnaissance du rôle crucial des peuples autochtones dans la lutte contre la crise climatique - et de ceux qui en subissent le plus les conséquences - en soutenant des stratégies éprouvées et évolutives ainsi qu'un véritable engagement des communautés autochtones dans la garantie des droits sur leurs terres, la promotion d'une gestion durable des forêts et le développement d'économies locales durables.

ACASCIO_Green_Desert_12-scaled-e1660585326980-768x512

Des femmes, des hommes et des enfants Misak observent le contraste entre la monoculture de pins et d'eucalyptus, à droite, et la forêt naturelle de leur territoire, à gauche. Image reproduite avec l'aimable autorisation d'Antonio Cascio. 

L'un des obstacles qui a constamment entravé les progrès est le gouffre entre les fonds promis et les fonds effectivement versés aux peuples autochtones et aux autres communautés de première ligne. Malgré les vastes territoires qu'elles gèrent - notamment plus d'un tiers des forêts intactes de la planète, dont la moitié de l'Amazonie - les communautés autochtones ne reçoivent qu'une part scandaleusement faible du financement international de la lutte contre le changement climatique.

Un Voir le rapport par notre organisation met en évidence les disparités : sur l'ensemble de l'aide climatique fournie par les donateurs internationaux entre 2011 et 2020, moins de 1% de ces fonds ont été consacrés à la conservation des forêts par les peuples autochtones. Et sur ces fonds, seule une fraction parvient effectivement aux organisations et communautés autochtones. Les obstacles incluent les exigences excessives des donateurs en matière de réception et de gestion des fonds, et la capacité limitée des organisations autochtones à répondre à ces exigences (alors que leur capacité à conserver les forêts est grande). Les distances géographiques, culturelles et linguistiques entre les donateurs et les communautés autochtones augmentent également ces obstacles.

Une autre étape importante consiste à aider les populations autochtones à garantir leurs droits fonciers. Les titres fonciers se sont avérés être le moyen le plus efficace (et le plus juste) de protéger les terres des peuples autochtones contre la déforestation, les terres titrées connaissant un taux de déforestation plus élevé que les terres non titrées. 66% diminution de la déforestation. La propriété foncière légale permet aux communautés autochtones et autres de défendre leurs terres contre les invasions et de demander des comptes aux exploitants forestiers illégaux et aux industries nuisibles.

Alexandra-Narvaez-Alex-Lucitante-Photo_Goldman-Environmental-Prize-9-1200x800-1-768x512

Alexandra Narváez et Holger Quenamá de la Garde indigène Sinangoe parcourent la rivière Aguarico. Avec l'aimable autorisation du Prix Goldman pour l'environnement.

Pourtant, bien que les terres appartenant aux communautés et revendiquées par elles abritent la majorité de la biodiversité mondiale (certains rapports indiquent que ce chiffre atteint même 80 %)les peuples autochtones ne détiennent des droits légaux que sur 10% de ces forêts. Combler cette lacune est l'une des mesures les plus importantes que les peuples autochtones doivent prendre pour protéger les forêts. Des milliers de communautés, du bassin du Congo à l'Indonésie en passant par l'Amazonie, sont déjà en train d'élaborer des plans d'action pour la protection des forêts. Exploiter les technologies pour cartographier leurs terresL'adoption de la loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, qui constitue un premier pas décisif vers la reconnaissance juridique, mais beaucoup d'autres ont besoin d'être soutenus.

En outre, le fait de doter les communautés autochtones de formations et d'outils aussi simples que des applications pour smartphones a permis d'obtenir des résultats notables en matière de protection des forêts. Ces communautés peuvent détecter et signaler la déforestation grâce à des outils de surveillance sur le terrain ou à l'imagerie satellite dans de vastes territoires difficiles d'accès. Il s'agit là d'un autre moyen évolutif et très efficace de protéger les forêts tropicales comme l'Amazonie. En fait, une étude de deux ans, évaluée par des pairs, a montré que la protection de la forêt amazonienne est une priorité pour l'UE. étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), a révélé que les communautés qui reçoivent des données satellitaires par l'intermédiaire de smartphones ont vu la perte de forêts diminuer de 52% par rapport à des communautés similaires qui n'ont pas adopté la technologie, et ce rien que la première année.

Des programmes innovants tels que Alerte à la forêt tropicale ont eu un impact important, permettant aux communautés de tirer parti de la technologie dans leur lutte contre la déforestation. Le programme se distingue par son initiative de surveillance de la forêt tropicale menée par les communautés, qui responsabilise les populations autochtones en leur fournissant une technologie de télédétection, leur permettant de surveiller efficacement leurs territoires contre la déforestation illégale. Les patrouilles indigènes utilisent l'imagerie satellitaire et les enquêtes sur le terrain pour confirmer les résultats, ce qui permet aux chefs de leurs communautés de disposer des informations vitales nécessaires pour réagir de manière proactive.

L'Indonésie, qui abrite la troisième plus grande forêt tropicale du monde, regorge de diversité biologique. Dans ce pays, la protection de la forêt tropicale fondée sur les droits joue un rôle crucial dans la réduction de la pauvreté en permettant le développement économique durable des communautés forestières. Ces communautés dépendent entièrement de l'exploitation durable des ressources naturelles des écosystèmes intacts de la forêt tropicale. La région mégadiversifiée de Papouasie occidentale, où un certain nombre de concessions d'huile de palme ont été récemment révoquées, en est un exemple typique. L'Eastern Indonesia Forest Facility (EIFF), un partenariat entre les ONG EcoNusa et Bentara basées en Indonésie, a manifestement empêché la déforestation, en travaillant au niveau des districts et des villages pour aider les communautés indigènes à gérer leurs ressources naturelles et à améliorer leurs moyens de subsistance, tout en promouvant le leadership des jeunes et des femmes.

Les peuples autochtones sont indéniablement nos meilleurs alliés face à la menace climatique qui se profile à l'horizon. Ils se révèlent souvent plus efficaces pour protéger les forêts que les parcs nationaux. Ils jouent un rôle essentiel dans la conservation de la biodiversité, la défense des droits fonciers et la lutte contre les dangers extérieurs tels que l'exploitation forestière et minière illégale. Les projets axés sur la cartographie communautaire, l'attribution de titres fonciers, le soutien juridique et le renforcement de la gouvernance locale sont des solutions rentables à court terme qui ont des effets à long terme. Les populations autochtones jouent un rôle essentiel dans tout cela.

AKM-in-boat-in-forest-e1691598299442-768x512

Alessandra Korap Munduruku, dirigeante autochtone, est à la tête des efforts fructueux déployés par sa communauté pour protéger son territoire contre des menaces telles que l'exploitation minière. Image reproduite avec l'aimable autorisation du prix Goldman pour l'environnement.

Il est essentiel de renforcer les capacités opérationnelles des communautés et des organisations autochtones en soutenant les programmes que leurs communautés ont identifiés comme nécessaires pour renforcer leur participation à l'allocation des fonds et obtenir des résultats significatifs. Il est essentiel que les gouvernements et la société mondiale veillent à ce que ces projets climatiques respectent leurs droits et adhèrent fermement aux principes du consentement préalable, libre et éclairé.

Les forêts tropicales du monde entier ont besoin de plus qu'une simple protection, elles ont besoin de stratégies de gestion qui responsabilisent ceux qui y vivent. Il est essentiel de soutenir ces initiatives qui s'attaquent aux principales sources de dégradation de l'environnement, de reconnaître et d'amplifier la voix des populations autochtones, de comprendre leurs besoins spécifiques et de veiller à ce qu'elles élaborent activement des solutions réalisables et évolutives.

Valoriser leur sagesse et leurs compétences n'est pas seulement respectueux et nécessaire - il s'agit d'une stratégie pragmatique pour le climat et la nature, dans laquelle un nombre croissant de donateurs investissent. À l'approche d'un tournant décisif dans la lutte contre la déforestation, les gouvernements et les donateurs doivent faire des peuples autochtones de véritables agents de transformation. Ils doivent accroître leurs subventions directes, flexibles et moins bureaucratiques à ceux qui possèdent les connaissances approfondies et les moyens de faire une réelle différence dans la préservation de l'avenir de notre planète, à savoir les peuples indigènes.

Cet article a été publié pour la première fois le 24 janvier 2024 dans Mongabay.

Joe à New York

Tørris Jæger est directeur exécutif de Rainforest Foundation Norway, Suzanne Pelletier est directrice exécutive de Rainforest Foundation US et Joe Eisen est directeur exécutif de Rainforest Foundation UK. (de gauche à droite).

Partagez ceci :

En savoir plus