Le plan des Nations unies visant à protéger 30 % de la planète d'ici 2030 pourrait entraîner le déplacement de centaines de millions de personnes, selon les ONG et les experts.

2 septembre 2020

332c6ada-8b0d-487e-8b57-99cf2611624e

Londres, 02 Sept 2020

Cent vingt-huit ONG et experts de l'environnement et des droits de l'homme avertissent aujourd'hui que la volonté des Nations Unies d'augmenter le nombre de zones protégées dans le monde, telles que les parcs nationaux, pourrait entraîner de graves violations des droits de l'homme et causer des dommages sociaux irréversibles à certaines des populations les plus pauvres du monde[1]. [1]

En mai 2021, la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) devrait convenir d'un nouvel objectif consistant à placer au moins 30 % de la surface de la Terre sous statut de conservation d'ici à 2030 [2]. Cet objectif "30 x 30" permettrait de doubler la superficie des terres actuellement protégées au cours de la prochaine décennie [3]. [3]

Toutefois, les inquiétudes concernant le coût humain de la proposition et son efficacité en tant que mesure environnementale sont de plus en plus vives, car la protection de la nature dans des régions telles que le bassin du Congo en Afrique et l'Asie du Sud est devenue de plus en plus militarisée au cours des dernières années. Une série d'exposés récents ont révélé que les communautés continuent d'être déplacées de force et dépossédées pour faire place à des zones protégées et qu'elles sont confrontées à de graves violations des droits de l'homme par des agents anti-braconnage lourdement armés[4]. [4]

Dans une lettre adressée au secrétariat de la CDB, les ONG préviennent que 300 millions de personnes pourraient être affectées si les droits des peuples autochtones et des autres propriétaires terriens traditionnels et gardiens de l'environnement ne sont pas mieux protégés[5]. [5]

Les groupes de défense de l'environnement ont également déclaré que la "conservation forteresse" que l'on trouve dans la plupart des pays du Sud ne parvient pas à empêcher le déclin rapide de la biodiversité, citant la manière dont l'application généralement sévère de la loi peut retourner les populations locales contre les efforts de conservation et pourrait en fait accélérer la destruction de l'environnement[6]. [6]

Selon eux, toute nouvelle augmentation du nombre de zones protégées doit être précédée d'un examen indépendant de l'impact social et de l'efficacité de la conservation des zones protégées existantes.

Joe Eisen, directeur exécutif de la Rainforest Foundation UK, a déclaré :

«Nous avons certainement besoin d'engagements audacieux pour faire face aux urgences en matière de climat et de biodiversité, mais cette volonté pourrait signifier que certaines des populations les plus pauvres et les moins responsables de ces crises paient le prix de l'inaction des pays du Nord. Pour la CDB, les faits sont clairs : le meilleur moyen de parvenir à la justice climatique et de protéger la nature est de reconnaître les droits des populations autochtones et des autres gardiens traditionnels.

Joshua Castellino, du Groupe international pour les droits des minorités, a déclaré : "Nous avons besoin de l'aide de la communauté internationale :

«Des mesures urgentes sont nécessaires pour arrêter la violation imminente des frontières planétaires. Pour ce faire, il convient de réprimer les responsables de la destruction continue de la planète et de les remplacer par ceux qui sont chargés de sa sauvegarde. Faire payer aux peuples indigènes le prix de la destruction qui a eu lieu dans la course à la surconsommation pour le profit d'autrui ne constitue pas seulement une intimidation des dépossédés, mais réifie la quête du profit sur les peuples, en privilégiant les "approches scientifiques" occidentales issues du commerce sur les savoirs traditionnels qu'elles ont subjugués, dominés et presque détruits sur le chemin qui mène à ce précipice".

FIN

Notes au rédacteur en chef

  1. https://rainforestfoundationuk.org/media.ashx/cbdstatement28082020.pdf
  2. Cet objectif figure dans un projet d'accord appelé "Cadre mondial pour la biodiversité après 2020", qui est actuellement préparé et négocié par les 186 gouvernements signataires de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Voir ici pour le document complet.
  3. La CDB, adoptée en 1992, est considérée comme le document clé en matière de développement durable et fournit le cadre politique international général pour la conservation. Les 196 parties à la CDB doivent adopter un cadre mondial pour la biodiversité après 2020 en mai 2021. Le projet d'agenda inclut l'objectif de protéger au moins 30 % de l'ensemble des terres et des mers d'ici à 2030, soit un quasi-doublement de l'objectif actuel de 17 % (objectif d'Aichi 11).
  4. Voir, par exemple, https://www.buzzfeed.com/tag/world-wildlife-fund et http://rainforestparksandpeople.org/
  5. Sur la base d'un article publié dans la revue académique Nature En analysant les zones les plus susceptibles d'être proposées comme zones protégées, on estime que le nouvel objectif pourrait déplacer ou déposséder jusqu'à 300 millions de personnes. Voir Schleicher, J., Zaehringer, J.G., Fastré, C. et al. 'Protecting half of the planet could directly affect over one billion people'. Nat Sustain 2, 1094-1096 (2019). https://doi.org/10.1038/s41893-019-0423-y.
  6. Voir, par exemple, les forêts gérées par les communautés qui pourraient être menacées par l'accaparement de terres à des fins de conservation dans le bassin du Congo, https://www.mappingforrights.org/resource/300-million-at-risk-from-cbd-drive/.

La déclaration avec la liste des signataires (dernière mise à jour le 28/09/2020) est disponible. ici.

Demandes de renseignements de la part de la presse :

Rainforest Foundation UK
Joe Eisen, directeur exécutif
M : +44 (0)7747 462 452, joe@rainforestuk.org, Twitter : @RFUK

Minority Rights Group International
Samrawit Gougsa, service de presse de MRG (Londres, Royaume-Uni)
M : +44 (0)790 364 5640 /  samrawit.gougsa@mrgmail.org, Twitter : @SamGougsa / @MinorityRights

Partagez ceci :